LA “DEMOCRATURE” ou camouflage de la démocratie.

Lors d’un précédent article, je faisais  état du non- respect de la Déclaration des  Droits de l’Homme et du Citoyen dans notre société.

Résultat de recherche d'images pour "révolution française 1789"

Je dénonce aujourd’hui tout ce qui trahit la vie démocratique. Certains délits caricaturent gravement la démocratie, certaines pratiques s’apparentent à une dictature rampante.

J’appelle démocrature, cette situation hypocrite qui –au nom de la démocratie- impose aux citoyens  les mœurs d’un autre âge, où la caste de la noblesse jouissait de droits privilégiés et en usaient avec morgue et arrogance.

Je dénonce les dénis  actuels :

-non acceptation de la prise en compte du vote blanc dans les votes exprimés, c’est une dignité : les Français ne veulent pas se mentir à eux-mêmes.

– non- respect des promesses de campagne électorales et même tromperie des citoyens par un changement radical de cap.

-volonté de refuser les réformes nécessaires.

-non-respect de la loi prônée par Montesquieu sur la séparation des pouvoirs : exécutif, législatif, judiciaire, base de toute vraie démocratie . « Nous en sommes arrivés à l’affirmation inquiétante de la présence d’un cabinet noire par certains candidats à l’élection présidentielle ».

-déficit de toute crédibilité à la parole politique.

-exercice du pouvoir par une caste technocratique et financière qui manipule les citoyens comme on le faisait pour les sujets de sa majesté.

Résultat de recherche d'images

La 5éme République est à bout de souffle, elle est en fin de cycle .Elle ne pourra  résister à l’ère du tout  numérique où l’information circule à la vitesse de la lumière.

Nous en sommes arrivés à l’affirmation inquiétante de la présence d’un cabinet noire par certains candidats à l’élection présidentielle 

Toutes ces entorses à la démocratie que posent nos nouveaux seigneurs méritent notre révolte. Nous ne pouvons accepter leurs réponses cyniques : Et alors (comme disait Fillon)?  signe du profond mépris affiché auprès du bas peuple.

La campagne présidentielle a montré la volonté populaire de changer ces mœurs hautaines, d’abattre les privilèges et de se rapprocher des lois qui ont fondé la République.

Les grands partis ont été étrillés. Osons l’avenir et constituons une force de propositions contre les manquements et les pratiques rétrogrades.

Image associéeIl faut moraliser la vie parlementaire et tout mettre en œuvre pour que nous ne retrouvions plus des : Cahuzac,  Thévenou, Balkany, Fillon, Le Pen et consorts  sur les bancs de l’Assemblée nationale.

Il faut revoir les conditions de l’immunité parlementaire afin que les élus comme tout citoyen  n’échappent pas au respect de la loi et aux adjonctions judiciaires.

Il faut  que les budgets alloués aux parlementaires soient contrôlés et imposables.

Il faut  que le mandat reçu par le vote populaire soit un engagement respecté par la présence assidue aux commissions et séances et que tous  contrevenants  soient  sanctionnées  financièrement.

Il faut dé professionnalisé  la politique. Ne plus accepter des politiciens à vie :deux mandats consécutifs et pas plus exercés pleinement  afin  que l’élu puisse se consacrer à sa tâche totalement.

Il faut bannir toutes les  activités de lobbying ou de conseils qui engendrent des conflits d’intérêts.

Pour notre part, afin d’obtenir toutes ces améliorations souhaitables et pour revenir à une saine pratique de la démocratie parlementaire, pour en finir avec la monarchie présidentielle nous réclamons  l’avènement de la VIème République.

Faute d’une salutaire réaction sur le plan institutionnel, la France peut connaître un soulèvement. Il flotte dans l’air un parfum de 1788, annonciateur de la fin des privilèges. Les Français ne peuvent supporter plus longtemps les passe-droits, les combines politiciennes, les emplois fictifs alors même que l’on insulte que l’on piétine les petits, allant jusqu’à traiter d’assistés et parfois de tricheurs  ceux qui  touchent le RSA ,  ou l’ASS. Les mêmes oublient de stigmatiser ceux qui fraudent et  pénalisent la France d’environ 80 milliards d’euros placés dans les paradis fiscaux.

Résultat de recherche d'images pour "assemblée nationale revolution francaise"

Les Français ont voté pour que cessent toutes ces pratiques  antirépublicaines et pour qu’on revienne  à l’idée de base. Tout élu se voit confier un mandat qui confère des devoirs avant de déclencher des droits. Les parlementaires sont là pour servir la République et non pas pour s’en servir.

Aviss  BABADJIDE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code